Navigation – Plan du site
2016
Domaine français

Les préfaces des continuations du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne : les épîtres préfacielles des éditions augmentées par Jean Thierry (1564 et 1572)

Sabine Lardon
Référence(s) :

Dictionaire Francoislatin, Auquel Les mots Francois, avec les manieres d'user d'iceulx, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. Plus y a à la fin un traicté d'aulcuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie, Paris, Jacques du Puys, 1564, avec privilege du Roy. Épître dédicatoire de Jacques Dupuys « À tresillustre et tresmagnanime Prince Monseigneur Jean Georges Palatin du Rhin, Duc de la haulte et basse Baviere, Viconte de Vvaldent, etc. ».

Dictionaire Francoislatin, Auquel les mots François, avec les manieres d'user d'iceux, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens sçavants. Plus y a à la fin un traicté d'aucuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie. Plus un Recueil Des propres noms modernes de la Geographie, confrontez aux anciens par ordre alphabetique, enrichis d'une brieve observation de leurs situations adjousté de nouveau. Par M. Jean le Frère, de l'Aval, Paris, Gilles Gorbin, 1572, avec privilege du Roy. Épître préfacielle de Jean Le Frère (de Laval) « Au lecteur, S. ».

Résumé

Cet article s’insère dans le cadre d’une étude de l’engagement linguistique dans le paratexte des premiers dictionnaires du français et fait suite à l’examen du discours préfaciel des deux éditions du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549). Les épîtres préfacielles de Jacques Dupuys et de Jean Le Frère (de Laval) aux éditions dites de Jean Thierry, respectivement de 1564 et de 1572, montrent désormais un engagement prononcé en faveur du français.

Haut de page

Texte intégral

Présentation biographique 

1Jean Thierry (1525-1575), de Beauvais, est un érudit. Les rubriques que lui consacrent Antoine Du Verdier et La Croix du Maine lui rattachent toutes deux l’adjectif « docte » :

  • 1 Antoine Du Verdier, La Bibliotheque d’Antoine du Verdier, seigneur de Vauprivas, Contenant le Catal (...)

Jean Thierri de Beauvoisis a fait des doctes Annotations Françoises sur les 12. livres de Columelle traduits par Claude Cotereau [imp. à Paris 4° par Jaques Kerver, 1555].
Il a corrigé et augmenté le Dictionnaire François-latin avec l’aide et diligence de gens sçavans [impr. à Paris par Jean Charron, 1572]1.

  • 2 La Croix du Maine, Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un cata (...)

Jean Thierry de Beauvais en Picardie, homme docte. Il a corrigé et augmenté de beaucoup de mots et dictions Françoises, le Dictionaire François-Latin escrit premierement par Robert Estienne pere de Henry Estienne, auquel Dictionaire les mots François avec les manieres d’user d’iceux, sont tournez en Latin, avec plusieurs etimologies Françoises, ensemble plusieurs dictions appartenantes à la Fauconnerie et Venerie, le tout imprimé chez Jean Macé, et Jaques du Puis l’an 1565. Le Dictionaire susdit a depuis esté beaucoup augmenté par Jean le Frere de Laval, et encores par M. Jean Nicot, Ambassadeur du Roy, à laquelle edition derniere, ont esté adjoustez les mots de la marine, comme nous avons dit cy dessus, lors que nous avons fait mention desdits Jean Nicot, et Jean le Frere.
Ledit Jean Thierry a corrigé et annoté en plusieurs endroits les œuvres de Columelle traduits par Claude Cotereau, imprimez à Paris l’an 1556 chez Jaques Kerver2.

  • 3 Les Douze livres de Lucius Junius Moderatus Columella, des choses rustiques. Traduits de latin en f (...)
  • 4 Joannis Boccacii Certaldi de Casibus illustrium virorum libri novem, quum historiis adfatim cognosc (...)
  • 5 Grammatici illustres... sequuntur præmisso tamen indice : Diomedis... lib. tres... Aelii Donati gra (...)
  • 6 Annotationes in Laurentii Vallæ de Latinæ linguæ elegantia libros sex, perdoctæ quidem illæ, erudit (...)
  • 7 De « Mihi » et « nihil » tum scribendis, tum proferendis, assertio, in gratiam puerorum, Parisiis, (...)

2Collaborateur de R. Estienne qu’il a secondé pour la première édition de son Thesaurus, il en réédite le Dictionaire Francoislatin en 1564. A. Du Verdier et La Croix du Maine ne signalent en outre que ses Annotations Françoises sur les 12. livres de Columelle traduits par Claude Cotereau3. Mais Jean Thierry est également l’éditeur scientifique et l’annotateur savant de plusieurs textes : Joannis Boccacii Certaldi de Casibus illustrium virorum libri novem4, Grammatici illustres XII.5, Annotationes in Laurentii Vallæ de Latinæ linguæ elegantia libros sex6, De « Mihi » et « nihil » tum scribendis, tum proferendis, assertio, in gratiam puerorum7...

3Les épîtres dédicatoires que nous allons considérer sont respectivement de Jacques Dupuys et de Jean Le Frère. Jacques Dupuys exerce comme libraire à Paris de 1545 à 15898. Il est le beau-frère de R. Estienne, tous deux ayant épousé une fille de Josse Bade. Son confrère imprimeur, Jean Macé, a pour sa part épousé une fille de Regnault Chaudière, auquel R. Estienne a cédé son imprimerie en 1539.

  • 9 Les Autorités BnF donnent pour forme internationale « Jean Le Frère » et le catalogue général de la (...)

4Concernant Jean Le Frère (de Laval)9, La Croix du Maine nous fournit une notice détaillée :

Jean le Frere de Laval au Maine, sur les frontieres de Bretagne, principal du college de Bayeux, fondé à Paris, etc. homme docte en Grec et en Latin.

  • 10 Il s’agit sans doute de L'histoire de France, contenant les plus notables occurences et choses mémo (...)

Il a escrit en François, une tres-ample histoire de nostre temps, imprimée à Paris chez Nicolas Chesneau par diverses fois, et depuis augmentée de plus de la moitié, par ledit le Frere, et imprimée par ledit Chesneau et Jean Poupy l’an 158110. sans qu’il y ait voulu mettre son nom, à cause de plusieurs histoires contenues en ce livre, desquelles il ne vouloit en estre estimé l’autheur, pour ne desplaire à aucun de son temps.

Il a traduit la Chronique d’Eusebe.

  • 11 L'Histoire de Flave Josèphe, latin-françois, chacune version correspondante l'une à l'autre, verset (...)

Il a traduit l’histoire de Josephe de Grec en François, imprimée avec la version Latine et Françoise, en deux diverses colomnes, à costé l’une de l’autre, chez Nicolas Chesneau et autres11 : François Bourgoing l’avoit auparavant traduite, et Gilbert Genebrard, docteur en Theologie à Paris, etc. a esté le dernier de ces trois qui l’a traduite en nostre langue, comme nous avons dit cy devant parlant de luy.

  • 12 Le Charidème, ou du Mespris de la mort, avec plusieurs vers chrestiens, contenans les louanges de D (...)

Il a escrit un livre intitulé le Charideme, ou du mespris de la mort, avec plusieurs vers Chrestiens, le tout imprimé ensemble à Paris l’an 1579. chez Nicolas Chesneau12.

Plusieurs Noels ou Cantiques sur l’advenement de nostre seigneur Jesu-christ, imprimez à Angers et en autres lieux.

  • 13 Histoire de la vie, mort, passion et miracles des Saincts, etc. ; extraicte et faicte françoise, et (...)

Il a traduit de Grec et de Latin en nostre langue Françoise, plusieurs vies de Saincts et Sainctes, imprimées avec les trois grands volumes de l’histoire des Saincts chez Nicolas Chesneau et autres13.

  • 14 Recueil des noms propres modernes de la géographie, confrontez aux anciens, par ordre alphabétique (...)

Il a augmenté de beaucoup le dictionnaire François et Latin, après Jean Thierry de Beauvais, ledit Jean le Frere l’avoit de beaucoup enrichy, et mesmement il y avoit adjousté un recueil des noms propres modernes de la geographie, conferez aux anciens, le tout par ordre d’A, b, c, ou alphabetiq, avec une briefve observation de leurs situations. Ce livre avoit esté imprimé chez Michel Sonnius, Jaques du Puis et autres l’an 157214 et je ne sçay qui a esté cause de mesler ce livre mis à part, avec toutes les autres dictions Françoises, car c’estoit une chose plus prompte à trouver (estant reduit en un bref recueil de choses de meme matiere) que de l’aller chercher parmy cent mille mots, qui n’ont rien de pareille signification.

Il a peu escrire autres œuvres, desquelles je n’ay pas cognoissance.

  • 15 La Croix du Maine, op. cit., p. 224-225.

Il mourut de peste à Paris, le mardy 12. ou mercredy 13. jour de Juillet l’an 158315.

Présentation du contexte

L’édition de 1564

  • 16 Charles Beaulieux, « Les dictionnaires de la langue française du seizième siecle », Revue internati (...)
  • 17 Op. cit., supra note 1.
  • 18 Op. cit., supra note 2.

5Le dictionnaire dit « de Thierry » n’est autre que la troisième édition du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne. Trois versions en paraissent, l’une chez l’imprimeur Dupuys en 1564, les deux autres chez Macé en 1564 et en 1565. Selon Charles Beaulieux, ce nom vient de ce que Thierry, « collaborateur de la première heure avait donné ses soins à l’impression de l’exemplaire annoté par l’auteur et joint aux additions d’Estienne les siennes propres distinguées par des crochets »16. Cela s’explique également par le fait que son nom est le seul à figurer explicitement au frontispice de l’édition : Dictionaire Francoislatin [...] Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. S’appuyant sur ce titre, qu’il se contente de paraphraser, Antoine Du Verdier reconnaît à Thierry le travail d’amendement et d’amplification du Dictionaire d’Estienne : « Il a corrigé et augmenté le Dictionnaire François-latin avec l’aide et diligence de gens sçavans17 ». La Croix du Maine ajoute à cette reformulation de la formule du titre une touche personnelle par une appréciation quantitative du travail de Thierry : « Il a corrigé et augmenté de beaucoup de mots et dictions Françoises, le Dictionaire François-Latin escrit premierement par Robert Estienne18 ».

6Robert E. Brandon pense toutefois que Dupuys aurait partagé le travail de révision :

  • 19 Edgar E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, Baltimore, J. H. Furs (...)

D’après le titre cette édition est due aux soins de Jean Thierry [...]. Mais il y a des raisons pour croire que Thierry ne fut pas le seul éditeur de l’édition de 1564 : Jacques Du Puis semble avoir partagé le travail de la revision. Il serait impossible de distinguer la part qui doit être attribuée à chacun des deux éditeurs19.

  • 20 Dictionaire francois-latin, augmenté Outre les precedentes impressions d'infinies Dictions François (...)

7Il se fonde pour cela sur la préface de Jacques Dupuys qui supprime ensuite le nom de Thierry dans l’édition de 1573, revue et augmentée grâce à Jean Nicot20 :

  • 21 Op. cit., spé. p. 82, note 4.

L’édition n’a pas de préface proprement dite. On y trouve une dédicace très développée a[d]ressée au Prince Jean Georges, palatin du Rhin, duc de la Bavière, etc., qui est signée J. H. P. (Jacques Du Puis). L’auteur [Jacques Dupuis] y parle de l’édition comme de la sienne. Après avoir loué chaudement le dictionnaire français-latin il raconte que Robert Estienne avait eu l’intention de revoir son ouvrage et que dans ce but il avait consulté plusieurs savants, et notamment, Jean Thierry, mais que ses malheurs l’avaient empêché d’exécuter son projet. Du Puis termine son récit en racontant qu’il a « recouvre l’exemplaire pardeca par ledit Robert Estienne avant que partir de France, lequel je le suis ingere, monseigneur, de vous dedier, » etc. Il n’y a dans toute la dédicace aucune allusion à Thierry comme co-éditeur. Aussi le titre est-il en contradiction absolue avec la préface. Que doit-on supposer de cette contradiction ? Thierry fut-il supplanté au cours de la publication par Du Puis ? Etait-il mort avant l’achèvement de l’œuvre ? Etait-il mort avant le commencement de la publication en laissant des notes dont Du Puis s’est servi ? Le mystère reste inexpliqué, mais le titre est une preuve incontestable que Thierry, fût-il mort avant la publication, a eu une large part dans l’édition21.

  • 22 Sur ce point, l’on pourra se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin (...)

8Dans sa préface toutefois, Dupuys se présente surtout en imprimeur (« m’a principalement incité à r’imprimer ledit livre ») et non en éditeur scientifique, expliquant que Robert Estienne avait eu l’intention de rééditer son ouvrage, dont il avait confié la révision à « plusieurs scavants personnages, » – parmi lesquels Jean Thierry est le seul nommé –, mais que « la calamité qui luy survint » (allusion aux attaques dont il a été la cible de la part des autorités catholiques et à son exil à Genève22) l’avaient empêché de mener son projet à terme. Il ne se présente donc aucunement comme l’auteur des révisions et additions, mais comme celui qui a « recouvré » (c’est-à-dire retrouvé ou récupéré) l’exemplaire laissé en France par R. Estienne avant son exil :

Et n’eust esté la calamité qui luy survint comme à la moytié de son chemin laquelle luy retrancha une bonne partie des commoditez desquelles il se servoit pour cet effect, nous eussions un nombre infini de livres de son impression plus que nous n’avons, et de ceulx qu’il avoit desjà mis en lumiere, venants principalement de sa diligence, comme Dictionnaires, pour soulager la jeunesse nous en verrions un bon nombre augmenté et corrigé en infinis endroicts. Entre lesquels il deliberoit mettre le Dictionnaire Francois-Latin des premiers, pour n’avoir jà rien espargné à le faire reveoir à plusieurs scavants personnages qui l’avoient en cet endroict infiniment aydé, et nomméement à M. Jean Thierry homme de grande erudition : [...]. Chose laquelle estant de soy tant recommendable et proffitable qu’un chascun scait m’a principalement incité à r’imprimer ledit livre, duquel, y a quelque temps que j’ay recouvré l’exemplaire par deçà par ledit Robert Estienne avant que partir de France, lequel je me suis ingeré, Monseigneur, de vous dedier,

9Le privilège royal, accordé pour six ans au libraire Jean Macé le 19 août 1561, donne toutefois une version différente des faits :

  • 23 Extrait du privilège du roi de l’édition Paris, Jehan Macé, 1564. Nous ajoutons les italiques. L’on (...)

Nostre bien aimé Jehan Macé l’un des vingtquatre Libraires jurez de nostre Université de Paris, nous a faict remonstrer que puis nagueres il a faict revoir, recorriger, amplifier et augmenter par plusieurs gens doctes, et à grands fraits, labeurs et impences, un livre intitulé, Dictionnaire Francoislatin, autrement dict Les mots Francoys, avec les manieres d’user d’iceulx tournez en Latin. Lequel livre pour estre tresutile et proffitable à la Republicque et augmentation des bonnes lettres ledit exposant feroit voluntiers imprimer23

  • 24 R. Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française. Etienne, Nicot et le Thresor de la langue (...)

10Cette fois l’initiative de la publication est attribuée à Jean Macé (et non à Dupuys) et c’est à lui également (et non à Estienne) qu’est attribuée l’initiative (ainsi que la charge financière) d’avoir fait revoir et augmenter le Dictionaire de Robert Estienne. Russon Wooldridge pense alors que ce serait plutôt Jean Macé qui aurait retrouvé l’exemplaire laissé à Paris en 1550 par Estienne, qu’il l’aurait donné à revoir à Thierry, puis en aurait confié la copie à Dupuys pour qu’il l’imprime : « De la sorte, ce serait Macé l’instigateur de l’édition, Thierry (avec l’aide d’autres) l’auteur des augmentations, et Dupuys l’imprimeur-éditeur24 ». Le privilège de l’édition Macé et l’épître dédicatoire de Jean Dupuys fournissent donc deux éclairages sensiblement différents des faits. En outre, ainsi que le relève Russon Wooldridge, ces paratextes se distribuent avec variantes selon les versions. Dans l’impression Dupuys (1564) figure un « Advertissement au lecteur », l’épître dédicatoire de Jacques Dupuys y est signée en toutes lettres et le privilège est absent. Dans les deux impressions Macé (1564 et 1565), le privilège accordé au libraire et soulignant son rôle est présent en tête de volume, tandis que l’avis au lecteur est supprimé ; l’épître dédicatoire de Jacques Dupuys est toutefois conservée, mais signée des simples initiales « I. D. P. » (ce qui fait que le nom de Jacques Dupuys disparaît de ces versions).

11Cette troisième édition, posthume, du Dictionaire francoislatin poursuit le travail d’amendement et d’amplification déjà entrepris du vivant de R. Estienne, ainsi qu’en atteste l’évolution des titres :

Dictionaire Francoislatin, contenant les motz et manieres de parler Francois, tournez en Latin, Paris, De l’imprimerie de Robert Estienne, 1539.

Dictionaire Francoislatin, autrement dict Les mots Francois, avec les manieres d’user d’iceulx, tournez en Latin. Corrigé et augmenté, Paris, De l’imprimerie de Robert Estienne Imprimeur du Roy, 1549.

  • 25 Nous citons ici d’après l’édition Jacques Dupuys.

Dictionaire Francoislatin, Auquel les mots Francois, avec les manieres d'user d'iceulx, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. Plus y a à la fin un traicté d'aulcuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie, Paris, [J. Macé ou Jacques Dupuys selon les éditions], 156425.

12La mention « corrigé et augmenté » rend compte des nombreuses additions qu’apporte cette nouvelle édition. L’amplification du titre accompagne celle du projet, d’où les extensions « plus y a à la fin », « Aussi y a » qui soulignent l’apport de cette nouvelle édition, enrichie de lexiques de la vénerie, de la fauconnerie et de la volerie.

13Le Dictionaire de 1564 est de fait complété par quatre appendices :
- « Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Venerie, rendus en mots Latins en partie, le mieulx qu’on a peu pour le present, prins du second livre de la Philologie de monsieur Budé : duquel bien entendu, aussi de ce present livre (ou beaucoup de mots de ladicte Venerie et Fauconnerie sont espars) on pourra supplier [suppléer] ce qu’à present default, principalement à la Venerie : car de la Fauconnerie a peu traicté ledict seigneur Budé. Duquel à la fin de tout avons mis de suyte les mots Latins exprez : à fin que par ce moyen le lecteur plus aiséement entende ladicte Venerie, et rende à chasque mot Latin son Francois. Prians tous ceulx qui en Venerie et Fauconnerie sont experimentez, corriger et advertir l’Imprimeur de ce qu’ils trouveroyent mal entendu en ce present abbregé : estimans que ceci n’est mis sinon pour induire et inciter tous à le mettre en aucune perfection » (p. 681-684).
- « Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie » (p. 684-685).
- « De Venatione. Ex posteriore libro Philologiæ Budæi » (p. 686 [et non 688]-691).
- « De Aucupio, accipitrario ex eodem Budæi libro, et prioribus annotationibus in Pandectas » (p. 691-692).

  • 26 Voir Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) » (...)

14Mais les apports ne se limitent pas à des extensions en fin de volume. Ils résident également dans les additions lexicales et le choix des sources, Thierry poursuivant le travail entrepris par Estienne dans la réédition de 1549 (où, pour la première fois, il dépouillait les « Rommans et bons autheurs Francois26 »). Russon Wooldridge relève ces innovations :

Le vocabulaire des sciences, arts et métiers tant apprécié dans Estienne 1549 (Thierry 1564 : épître dédicatoire) s'étend, toujours illustré par Columelle (agriculture), Érasme (96) (institutions), Palladieu (197) (météorologie), Pline l'Ancien (domaines variés) et Vitruve (architecture), entre autres ; la langue usuelle est signée des noms de Budé et de Cicéron ; le vocabulaire poétique de celui de Virgile ; Cœlius Rhodiginus (51) est à nouveau cité pour l'étymologie. Les traductions françaises de textes anciens, qui vont en se multipliant, sont plus explicitement mises à contribution : Columelle (s.v. drageon), Palladieu (voir birrasque), Pline (pyralides), Vitruve (aire), par exemple. À ces noms, tous présents dans Estienne 1549, viennent s'ajouter, entre autres, ceux de Périon (204) (étymologies) et Rondelet (233) (noms de poissons).

  • 27 Russon Wooldridge, « Les sources des dictionnaires français d'Estienne et de Nicot », La Langue fra (...)

Les innovations concernent l'addition des « infinies dictions et manieres de parler de la langue Françoyse » dont il est parlé dans la préface. Sont utilisés pour la première fois, d'une part des romans et des chansons de geste, d'autre part des poètes de la Renaissance. Artus de Bretagne (27), Berinus (43), Guy de Waruich (122) et Huon de Bordeaux (133) fournissent un vocabulaire vernaculaire et largement archaïque (voir, par exemple, chalangerBerinus est cité quatre fois, Guy de Waruich deux), quoique le texte ne donne aucune marque d'usage (le dictionnaire restera synchronique jusqu'à Nicot). La langue de la Pléiade est représentée par Du Bellay (93), Pasquier (200) et Ronsard (234) (voir Pasquier et Ronsard s.v. englacer, Du Bellay et Ronsard s.v. avant-jeu, par exemple)27.

  • 28 Russon Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française. Etienne, Nicot et le Thresor de la lan (...)
  • 29 Ibid. Nous relevons par exemple : « Ablution, c’est à dire Lavement, Ablutio, Baptismus, Lotio. » T (...)
  • 30 Russon Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française, éd citée, 2.2.2.1 : « Traitement en la (...)
  • 31 Se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 e (...)
  • 32 Russon Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française, éd citée, 2.4.

15R. Wooldridge note également une évolution dans le statut du français28 : dans les deux éditions Estienne de 1539 et de 1549 comme dans l’édition Thierry de 1564, la langue d’entrée reste le latin ; mais tandis que la première édition de 1539 est totalement bilingue, chaque mot français étant défini par ses équivalents latins, la seconde édition de 1549 marque une évolution. R. Wooldridge observe en effet que certaines entrées font désormais l’objet de définitions par des équivalents synonymiques en français et en latin, voire en français exclusivement, ou encore de précision étymologique, et que les nombreuses séquences phraséologiques, tirées en très grande partie de Budé, ne sont données que dans une traduction française. Une évolution qui se poursuit et se confirme dans la troisième édition de 1564 où « Un grand nombre des items ajoutés dans Thierry 1564 sont à la fois définis en français et traduits en latin29 ». Si donc le latin classique sert de « langue modèle » en 1539, il se voit subordonné au français dès 1549 au point d’avoir surtout un rôle de « langue de passage » en 156430. Alors que Robert Estienne avait initialement conçu son Dictionaire francoislatin comme un dictionnaire de thème latin destiné aux étudiants31, R. Wooldridge constate que les éditions de 1549 et 1564 peuvent également être utilisées « comme dictionnaires de version pour les étrangers étudiant le français et fournissent un certain nombre d’informations – variantes, étymologies, définitions, remarques d’usage – à l’usager unilingue32. »

L’édition de 1572

16Le privilège obtenu pour six ans par Jean Macé en 1561 ayant expiré, une nouvelle impression de l’édition « Thierry » paraît en 1572 chez différents libraires parisiens : Jean Charron, Gilles Gorbin, Guillaume Jullian, Sonnius, alors même que Jacques Dupuys préparait une édition augmentée qui paraîtra en 1573. Celui-ci se plaint d’ailleurs dans la préface de 1573 de ces réimpressions qu’il attribue à la « cupidité » :

  • 33 Comprendre : « La cupidité de certains les a incités, depuis peu (/récemment), à publier en l’état (...)
  • 34 Nous ajoutons les italiques.

Mon intention n’estoit pas (Amis lecteurs) de r’imprimer si tost ce Dictionaire François Latin, que par ma premiere impression j’avoy mis en lumiere avec le plus de perfection qu’il m’estoit lors possible : mais ayant veu que la cupidité de gain d’aucuns les a meus depuis nagueres le mettre en avant du tout selon mon premier exemplaire, y adjoustant sans plus ne sçay quels cathalogues mal ordonnez de noms d’aucunes villes33, ce qui touche seulement au prouffit et utilité publique, n’ay voulu pour le bien et singulier contentement de vous, plus avant differer de vous communiquer et faire part de ce que j’ay fait extraire de plusieurs escripts de M. Nicot Conseillier et maistre des requestes de l’hostel du Roy, concernant le faict et pourpris de cedict Dictionaire, qui en est augmenté d’un tiers plus qu’il n’estoit en madicte premiere impression34.

17Cette édition de 1572 n’est autre qu’une réimpression du Dictionaire de 1564, mais dont le paratexte préfaciel a été changé. L’épître dédicatoire de Jacques Dupuys a été remplacée par une épître de Jean Le Frère, lequel conserve les quatre appendices de 1564, mais en ajoute également un de son cru, présenté comme une édition à part entière, reliée en fin d’ouvrage : Recueil des propres noms modernes de la geographie, confrontez aux anciens par ordre alphabetique, enrichis d’une brieve observation de leurs situations, par M. Jean le Frere de L’Aval, Paris, Gilles Gorbin, 1572, avec privilege du Roy, et qui ne sera conservé dans aucune des continuations ultérieures.

  • 35 Ibid. 1.2.2 : « L’édition de 1573 ».
  • 36 Edgar E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, éd. citée, p. 83 (et (...)
  • 37 Ibid., p. 84.

18R. Wooldridge qualifie cette édition de « mercenaire »35. Un jugement qu’Edgar E. Brandon36 invite à nuancer : le privilège attribué à Jean Macé avait expiré et Gilles Gorbin a donné une réimpression fidèle, dont il aurait acquis le privilège le 5 novembre 1570. E. E. Brandon observe également que, bien que l’édition de 1572 soit supplantée par celle de Dupuys l’année suivante, les observations de Jean Le Frère seront retenues dans le Thresor de Nicot en 160637. La question du privilège est toutefois à nuancer : ce privilège est absent de l’édition de 1572 du Dictionnaire Francoislatin (dans l’exemplaire consulté BnF, Tolbiac [Res X543]). L’extrait du privilège daté du 5 novembre 1570 figure en revanche au verso de la page de titre du Recueil des propres noms modernes de la geographie, relié à la suite du Dictionaire. Selon cet extrait, il est permis à Michel Sonnius d’imprimer ce recueil de noms propres pour une durée de six ans, sans mention du dictionnaire.

Les enjeux linguistiques du texte : le paratexte de 1564 et 1572

Le paratexte de l’édition Dupuys (1564)

19Placé en tête de l’ouvrage, avant la préface, le « Privilege du Roy » souligne l’utilité de l’entreprise lexicographique :

  • 38 Pour cette citation, se reporter n. 23.

[…] Nostre bien aimé Jehan Macé l’un des vingtquatre Libraires jurez de nostre Université de Paris, nous a faict remonstrer que puis nagueres il a faict revoir, recorriger, amplifier et augmenter par plusieurs gens doctes, et à grands fraits, labeurs et impences, un livre intitulé, Dictionnaire Francoislatin, autrement dict Les mots Francoys, avec les manieres d’user d’iceulx tournez en Latin. Lequel livre pour estre tresutile et proffitable à la Republicque et augmentation des bonnes lettres : […]38.

20Ce privilège reprend ainsi une notion importante sur laquelle Robert Estienne avait à la fois ouvert et clôt, en 1539, la préface de la première édition de son Dictionaire Francoislatin (dont c’est le dernier mot) :

  • 39 Comprendre : « Parce que l’exercice de notre art nous incite à faire toujours quelque chose qui soi (...)
  • 40 Nous détachons par les italiques.

Pour ce que la profession de nostr’art nous enhorte à faire tousjours quelque chose qui soit utile en-general à tous ceulx qui entendent au faict des lettres : ou pour le moins duisant aux apprentiz [...] Lesquelz, espoir, feront fond le temps advenir de plus riche langaige, mieulx aloyé, et de meilleur coing qu’ilz n’ont à present39 : au plaisir de jesus christ, lequel vueille donner accroissement de scavoir à la jeunesse, et perfection à ce que nous avons encommencé à son honneur et à leur utilité40.

21Cette valeur est ici affirmée et amplifiée non seulement par le tour superlatif (« tresutile ») et par la coordination redondante (« tresutile et proffitable »), mais également par le bénéfice envisagé, qui passe de l’étudiant chez Estienne en 1539 (« nous avons mis cueur et entente au soulagement de la jeunesse Francoise, qui est sur son commencement et bachelage de literature »), aux bonnes lettres et à la République (au sens étymologique de « chose publique »). Le Dictionaire n’est donc plus seulement utile comme outil d’étude. La connaissance qu’il procure rejaillit sur la langue même et sur les textes écrits en français, son utilité devenant publique, au sens le plus large du terme.

22Ces idées du privilège sont empruntées à l’épître dédicatoire de Jacques Dupuys dans laquelle le mot « utilité » apparaît trois fois, suivi de « proffitable » (une occurrence) :

  • 41 Industrie : savoir faire, habileté.

ceulx qui se sont le plus employez par le passé et ont le plus apporté d’industrie41 et travail pour l’amener à cette perfection de laquelle on recoit l’utilité esperée.

tant pour les graces qu’il [Robert Estienne] a eu propres pour l’ornement de cet art d’imprimerie, que pour l’amour infini qu’il a porté à l’utilité publique, et le grand labeur et peine qu’il a pris sans y espargner rien qui fust en sa puissance pour l’advancer et mener à sa perfection :

  • 42 Mise en facteur commun de « il avait », comprendre : « il [le dictionnaire] avait été constitué ave (...)

pour n’avoir jà rien espargné à le faire reveoir à plusieurs scavants personnages qui l’avoient en cet endroict infiniment aydé, et nomméement à M. Jean Thierry homme de grande erudition : et pour scavoir tresbien que tel qu’il avoit peu sortir de son imprimerie pour la premiere fois, il avoit esté soingneusement recueilly et apporté une utilité grande à tous desirants entendre la proprieté de la langue Francoyse42,

  • 43 Nous détachons par les italiques.

Chose laquelle estant de soy tant recommendable et proffitable qu’un chascun scait m’a principalement incité à r’imprimer ledit livre,43

23Ces quatre occurrences scandent symboliquement les étapes d’une progression : du travail des humanistes en général à celui de Robert Estienne en particulier, qui se consacre à son Dictionaire, y associe plusieurs savants, parmi lesquels Jean Thierry, avant que Jacques Dupuys ne décide de le réimprimer. À chaque fois, l’utilité est associée au travail, travail en amont du savant qui s’attèle à la tâche, utilité en aval d’un labeur qui porte ses fruits et se destine au bien public.

24Avant de retracer cette progression, l’épître dédicatoire replace, dès son ouverture, la naissance de la lexicographie française dans le contexte du renouveau intellectuel que connaît l’époque :

  • 44 Tenir la main : aider, soutenir.

Monseigneur, comme tout le monde tient pour un singulier bienfaict venant de la providence de Dieu d’avoir de nostre temps suscité infinis gens de bien et de scavoir pour esclarcir les bonnes lettres et disciplines par l’injure du temps, comme plongées en toute obscurité, et qu’il luy ait pleu inspirer plusieurs grands Princes et Seigneurs par toute la Chrestienté pour tenir la main44 à la restitution et esclarcissement des bonnes lettres : on ne doibt pareillement moins recongnoistre venir de la mesme providence l’instrument et moyen de faire tous les hommes participants de ce grand bien, qui est l’Imprimerie.

  • 45 Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome. Le sonnet de dédicace « Au Roy » évoque ce cycle de mort (...)
  • 46 Rabelais, Pantagruel, chap. 8, d’après Œuvres complètes, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard, « Bibliot (...)
  • 47 Voir toujours les paroles de Gargantua à son fils : « Le temps estoit encores tenebreux et sentant (...)

25Trois éléments se dégagent, qui permettent de définir l’entreprise humaniste, ici présentée comme un bienfait divin : l’objet (« les bonnes lettres et disciplines »), le sujet (« les gens de bien et de scavoir », « plusieurs grands Princes et Seigneurs ») et le moyen (« l’Imprimerie »). Ces lieux communs sont autant de critères de définition. Du Bellay rappelle ainsi également, en 1558, que les belles lettres et les arts antiques ont été longtemps ensevelis et qu’il convient les tirer du tombeau45, tandis que le Gargantua de Rabelais, dans la lettre célèbre à son fils46, se félicite que « maintenant toutes disciplines sont restituées », soulignant l’importance de l’imprimerie dans ce rôle de diffusion des lettres et des sciences. Les humanistes du temps sont conscients de remettre en lumière, comme le dit Jean Dupuys, ce qui était plongé dans les ténèbres de l’oubli47. À cet objectif s’associent deux acteurs : les « scavants », « gens de bien et de scavoir » dont la « grande erudition » est soulignée, et les princes et grands seigneurs, qui tiennent un rôle actif de mécènes, protecteurs, voire instigateurs.

26Cette entrée en matière générale permet de situer l’entreprise lexicographique initiée par Robert Estienne dans une dynamique intellectuelle plus vaste. Mais surtout, elle lui confère par là-même un double rayonnement. L’imprimerie, de fait, permet une diffusion sans commune mesure, « par toute la Chrestienté » précise J. Dupuys. Ce Dictionaire, que Robert Estienne réservait à ceux qui pratiquent les lettres ou apprennent le latin, acquiert ainsi aux yeux de l’éditeur de 1564 une utilité plus vaste, qu’il qualifie de « publique », voire de politique. C’est ici, de fait, que l’allusion au rôle des princes et seigneurs prend pleinement sens. L’épître dédicatoire de Jacques Dupuys introduit dans le discours préfaciel lexicographique une idée nouvelle, absente chez R. Estienne mais destinée à connaître un essor considérable pour culminer dans la préface du premier Dictionnaire de l’Académie française en 1694 : l’entreprise entre au service de la nation. Cet impact politique et nationaliste se manifeste de deux manières. En se mettant, en premier lieu, au service des belles lettres, l’imprimeur humaniste illustre sa nation :

  • 48 Comprendre : « Elle ne peut pas ne pas célébrer grandement la mémoire du défunt Robert Estienne, da (...)

Quant à la France elle ne peut qu’elle ne celebre grandement la memoire, comme elle se sent avoir esté ornée par son industrie, de defunct Robert Estienne48, lequel peut estre dict avoir esté le premier qui a faict que la France pour le regard ne cede à aulcune aultre nation.

  • 49 Se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 e (...)

27Dans un contexte de rivalités nationales, l’art vaut autant que les armes et c’est pourquoi les rois se font mécènes, afin d’assurer à leur nation un pouvoir de rayonnement culturel, égal ou supérieur à celui de ses voisins. L’insistance sur le travail de R. Estienne, diffusant de « beaus et excellens livres et Latins, et Grecs, et Hebrieus, plus encores recherchez aujourd’huy que du vivant de l’Imprimeur » n’est pas seulement un éloge du grand humaniste défunt. En rappelant la maîtrise des langues latine, grecque et hébraïque de celui qui fut l’imprimeur du roi pour ces trois langues49, Jacques Dupuys suggère par là-même que le rayonnement culturel et éditorial français ne le cède en rien à celui d’autres nations. La Croix du Maine rendra l’allusion explicite une vingtaine d’années plus tard :

  • 50 Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un catalogue general de to (...)

Robert Estienne Parisien, pere de Henry Estienne, tous deux imprimeurs tres-doctes et des plus renommez de toute l’Europe, pour le profit qu’ils ont fait en la correction et impression des plus excellents autheurs, Hebreux, Grecs et Latins50.

28Or, dans cette logique de conquête à la fois culturelle et politique, le dictionnaire va se révéler un moyen privilégié. En fournissant un outil d’apprentissage de la langue, le lexicographe permet à sa nation d’étendre son pouvoir sur les pays voisins par une pénétration linguistique. Robert Estienne avait initialement conçu son Dictionaire Francoislatin comme un support pour les étudiants français apprenant le latin :

  • 51 Comprendre : « Parce que l’exercice de notre art nous incite à faire toujours quelque chose qui soi (...)

Pour ce que la profession de nostr’art nous enhorte à faire tousjours quelque chose qui soit utile en-general à tous ceulx qui entendent au faict des lettres : ou pour le moins duisant aux apprentiz pour lesquelz il fault d’autant plus soigner, qu’ilz ont greigneur besoing de secours, que ceulx qui ont acquiz quelque ruze, et peuvent d’eulx mesmes, sans l’aide d’autruy, passer par les destroictz de la langue Latine : À ceste cause après avoir mis en lumiere le grand Thresor d’icelle langue, lequel peult servir à toutes gens de quelque hault scavoir qu’ilz soyent garniz : nous avons mis cueur et entente au soulagement de la jeunesse Francoise, qui est sur son commencement et bachelage de literature51.

29Jacques Dupuys en étend l’usage au-delà des frontières françaises pour le destiner à ceux qui désirent apprendre le français :

  • 52 Nous détachons par les italiques. Comprendre : « Pour savoir que, tel qu’il avait été pour la premi (...)

pour scavoir tresbien que tel qu’il avoit peu sortir de son imprimerie pour la premiere fois, il avoit esté soingneusement recueilly et apporté une utilité grande à tous desirants entendre la proprieté de la langue Francoyse, de laquelle on veoit plusieurs estrangers, voire Princes et grands Seigneurs voisins de la France aujourdhuy merveilleusement estudians, l’estude desquels et le desir tant honneste ne se pouvoit mieus entretenir ne augmenter que par un tel ayde et support, auquel lisants ès livres Francois, s’il se presente à eux quelque diction plus obscure et non entendue, ils puissent avoir recours pour trouver sans grand ennuy ne peine l’explication et propre intelligence de tous mots, mesmes les plus fascheus de ladicte langue Francoyse et esloingnez de l’usage commun52.

  • 53 Dictionarium seu Latinæ linguæ Thesaurus [1531], Dictionarium latinogallicum [1538].

30Si donc le Dictionaire Francoislatin allait initialement de pair avec son pendant latinogallicum (ou encore avec le Thesaurus évoqué dans la préface d’Estienne)53, pour se poser en dictionnaire de thème latin, Jacques Dupuys le consacre pleinement comme dictionnaire du français, valant pour notre langue, son apprentissage et son rayonnement au-delà des frontières, l’adjectif « francois » revenant par trois fois en quelques lignes (dont deux dans « langue Francoyse »). C’est pourquoi il insiste sur la valeur de cet ouvrage que R. Estienne, s’il n’était mort prématurément, « deliberoit [...] mettre des premiers », le faisant revoir par de savants personnages, dont Jean Thierry, ainsi que sur l’exhaustivité du Dictionaire qui comprend tous les mots, y compris les plus « fascheux » ou « esloingnez de l’usage commun » ou encore les termes techniques propres aux « sciences, arts et mestiers ». Cet exemplaire, revu et augmenté, Jacques Dupuys l’a donc retrouvé et réimprimé en raison de son utilité :

  • 54 Recouvrer peut signifier retrouver ou récupérer ; il est difficile ici de trancher. Par deçà signif (...)

Chose laquelle estant de soy tant recommendable et proffitable qu’un chascun scait m’a principalement incité à r’imprimer ledit livre, duquel, y a quelque temps que j’ay recouvré l’exemplaire laissé par deçà par ledit Robert Estienne avant que partir de France54, lequel je me suis ingeré, Monseigneur, de vous dedier.

31Mais dans cette entreprise de réimpression, le projet originalement conçu par l’auteur connaît un infléchissement. La préface de Jacques Dupuys marque ce transfert. Reprenant la formule initiale de Robert Estienne qui destinait son ouvrage « au soulagement de la jeunesse Francoise, qui est sur son commencement et bachelage de literature », il va la dupliquer pour adresser cette réimpression aux étrangers apprenant le français :

comme Dictionnaires, pour soulager la jeunesse nous en verrions un bon nombre augmenté et corrigé en infinis endroicts. Entre lesquels il deliberoit mettre le Dictionnaire Francois-Latin des premiers, pour n’avoir jà rien espargné à le faire reveoir à plusieurs scavants personnages qui l’avoient en cet endroict infiniment aydé, et nomméement à M. Jean Thierry homme de grande erudition :

  • 55 Entendre : comprendre. Bien que n’ayant jamais été en France, le prince comprend bien la langue fra (...)
  • 56 Nous détachons par les italiques.

tous livres de telle parure sont en premier lieu escripts pour le soulagement de tout estrangier desirant de bien et parfaictement entendre nostre langue, que pource que je scay qu’en avez bien bonne cognoissance, encores que n’ayez jamais veu la France, ayant esté à ce tresheureusement mené et conduict, oultre le bon esprit et grandes graces qu’il a pleu à Dieu vous departir55, par M. Jean Pilot homme de tresgrande erudition et d’une humanité singuliere, qui mesmes a communicqué au public, il y a jà assez long temps, la methode de laquelle il a usé à vous enseigner grandement recueillie de tous estrangers affectionnez à nostredicte langue, et prisée de tout homme à ce se cognoissant56.

  • 57 Jean Pillot, Gallicæ inguæ institutio, Paris, Stephani Groulleau, 1550. Pour une édition récente, a (...)

32Le glissement ne concerne pas seulement l’ouvrage mais également les érudits. Le même adjectif qui qualifiait Jean Thierry, correcteur du Dictionaire d’Estienne est ainsi reporté sur Jean Pillot, auteur d’une grammaire du français. Le choix du dédicataire, auquel Jacques Dupuys adresse et le Dictionaire réimprimé et sa préface prend ici tout son sens : « À tresillustre et tresmagnanime Prince Monseigneur Jean Georges Palatin du Rhin, Duc de la haulte et basse Baviere, Viconte de Vvaldent, etc. ». Précepteur du prince auquel il enseignait le français, Jean Pillot a écrit son Institution de la langue française parce qu’il ne trouvait pas alors d’ouvrages satisfaisants sur lesquels s’appuyer57, conscient de la valeur du français dont il défend, dans son épître dédicatoire, le rayonnement européen :

  • 58 Jean Pillot, éd. B. Colombat, p. 6.

D’abord par ce que tu comprends que la langue française est la plus élégante et la plus utile de toutes, et qu’elle est la plus à même de convenir à un prince allemand et de contrinuer grandement à son honneur, non seulement à cause du lien ancien entre nos deux nations et de leurs échanges quotidiens, mais aussi parce qu’à notre époque, dans pratiquement toute l’Europe, et pas seulement en Allemagne, on trouve très peu de gens, quelles que soient leur classe et leur condition, qui ne veuillent que leurs enfants sachent le français. En effet ceux qui sont de plus noble origine veulent par là augmenter leur gloire et leur réputation, ceux qui ont un patrimoine un peu important entendent acquérir des charges honorifiques, et les plus humbles se rendent compte qu’il n’y a rien de plus approprié pour faire fortune58.

  • 59 Dictionnaire françois-latin, augmenté outre les précédentes impressions d'infinies dictions françoi (...)

33Poursuivant sur cette logique, Jacques Dupuys ira d’ailleurs jusqu’à ajouter un abrégé en latin de grammaire française à l’attention des apprenants allemands dans l’édition de 1584 du Dictionnaire français latin : le Compendium Gallicæ Grammatices. In exterorum, præsertim Germanicæ juventutis usum59.

L’épître préfacielle de Jean Le Frère (1572)

34La préface de l’édition de 1572 apporte un élément nouveau. Cette réédition ainsi que l’épître « Au lecteur » qui l’accompagne sont dues non plus à Jacques Dupuys mais à Jean Le Frère. Celui-ci ouvre son épître par une apologie de « la langue vulgaire », posant la supériorité du langage de son temps sur tout autre moins usité :

  • 60 Comprendre : « Si chacun, suivant le conseil d’un ancien sage, vivait à l’antique et parlait à la f (...)

Si chacun, suivant le conseil d’un ancien sage, vivoit à l’antique, et parloit à la façon de son temps, (benin lecteur) tout s’en porteroit certeinement beaucoup mieux : car les meurs furent au commencement plus simples et sinceres, et le langage, qui court, est trop mieux duisant et intelligible, qu’un presque du tout inusité. Et c’est à mon jugement pourquoi maints excellents personnages de ce Royaume autant bien apris ès langages anciens, que l’industrie humaine s’y peut etendre, emploient neantmoins plus volontiers la plume à cultiver le leur, que ceux-là : voians comme, le tout bien calculé, on trouve en fin, que toujours la langue vulguaire s’ecrit et entend plus naïvement, s’aprent et retient plus aisément qu’une estrangere60.

  • 61 Sur cette métaphoré végétale : Danièle Duport, Le Jardin et la nature, Genève, Droz, 2002, « Du tra (...)
  • 62 Pour le détail de ces ouvrages, l’on pourra se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictiona (...)

35L’habileté de Jean Le Frère est de placer cet argument sous l’autorité d’un « ancien sage », de façon à couper court aux objections de la part des défenseurs des langues anciennes. Mais insidieusement, la coordination « vivoit à l’antique, et parloit à la façon de son temps » invite à déplacer cette recommandation du grec ou du latin vers le français puisque ce sage recommandait de parler la langue de son époque. Jean Le Frère apporte également à la langue vernaculaire l’autorité des érudits contemporains, rappelant que plusieurs hommes savants ont préféré écrire en français. Cette précision permet d’une part de prévenir l’argument de ceux qui feraient du français l’apanage des ignorants, dans la mesure où il prend bien soin de préciser que ces « excellents personnages » maîtrisent parfaitement les « langages anciens ». Elle rappelle d’autre part qu’il convient de « cultiver » sa langue, selon une métaphore végétale récurrente sous la plume des défenseurs des langues vernaculaire61. L’allusion est donc une exhortation implicite et un argument d’autant plus irréfutable que nous sommes ici au seuil d’une réédition du Dictionaire francoislatin de R. Estienne, dont l’érudition et la maîtrise des langues anciennes sont inconstestables, ce qui ne l’a pas empêché d’écrire plusieurs ouvrages sur la langue française – dont une grammaire –62 et d’ouvrir le premier la voie à la lexicographie française. Cette démarche rappelle celle de Geoffroy Tory. Dans son Champ fleury, le célèbre imprimeur royal avait semblablement décidé d’écrire en français, malgré sa maîtrise du latin, afin d’enrichir et d’illustrer sa langue, arguant, à travers l’exemple de Vitruve, que l’on écrit toujours mieux dans sa propre langue :

  • 63 Je ne lairrai à : je ne manquerai pas de.
  • 64 G. Tory, Champ fleury. Au quel est contenu L’art et Science de la deue et vraye Proportion des Lett (...)

Pour chose qu’ilz puissent dire je ne lairray à63 escrire en François, comme homme François, les avertissant que Vitruve fut jadis reprins et mocqué, pource que luy n’estant Grec de nativité, escrivoit en vocables Græcz, comme l’on peult encores veoir dans la plus grande partie des dictions et vocables des utilz et autres choses d’architecture, desquelz en son livre a faict mention64.

  • 65 Voir supra n. 14.
  • 66 Premier volume de la Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine, op. cit., p. 225.

36Jean Le Frère insiste ensuite sur la contribution personnelle qu’il a tenu à apporter sous la forme d’un recueil des noms géographiques français-latin : Plus un Recueil Des propres noms modernes de la Geographie, confrontez aux anciens par ordre alphabetique, enrichis d'une brieve observation de leurs situations, adjousté de nouveau. Par M. Jean le Frère, de l'Aval. Ce recueil avait déjà fait l’objet d’une publication indépendante la même année par Michel Sonnius et Guillaume Jullian65. La Croix du Maine ne voit d’ailleurs guère l’intérêt de l’insérer au milieu des « dictions Françoises », jugeant plus commode sa manipulation sous forme d’un petit recueil indépendant : « et je ne sçay qui a esté cause de mesler ce livre mis à part, avec toutes les autres dictions Françoises, car c’estoit une chose plus prompte à trouver (estant reduit en un bref recueil de choses de meme matiere) que de l’aller chercher parmy cent mille mots, qui n’ont rien de pareille signification66 ». Judicieuse ou non, la démarche n’en demeure pas moins significative. Chaque réédition du dictionnaire apporte sa part de corrections, mais aussi d’ajouts et d’amplifications, dont témoigne la poursuite de l’expansion régulière du titre (signalée, dans la liste ci-dessous, par des formules récurrentes : « augmenté », « plus y a », « aussi y a », « plus », « enrichis », « adjousté de nouveau ») :

Dictionaire Francoislatin, Auquel Les mots Francois, avec les manieres d'user d'iceulx, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. Plus y a à la fin un traicté d'aulcuns mots et maniere de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie, Paris, Jacques du Puys, 1564.

Dictionaire Francoislatin, Auquel les mots François, avec les manieres d'user d'iceux, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens sçavants. Plus y a à la fin un traicté d'aucuns mots et maniere de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie. Plus un Recueil Des propres noms modernes de la Geographie, confrontez aux anciens par ordre alphabetique, enrichis d'une brieve observation de leurs situations adjousté de nouveau. Par M. Jean le Frère, de l'Aval, Paris, Gilles Gorbin, 1572.

37Au Dictionaire francoislatin conçu par Robert Estienne, l’édition de Jacques Dupuys a de fait ajouté un traité de Vénerie de G. Budé ainsi qu’une liste des termes de fauconnerie ou volerie, auxquels vient encore s’adjoindre en 1572 le recueil géographique de Jean Le Frère. Une expansion qui se poursuivra avec le Dictionnaire français-latin de Jean Nicot et l’ajout, en 1584, de termes de marine ainsi que du compendium grammatical de Jacques Dupuys. En ayant ainsi choisi « de contribuer quelque chose à si belle entreprinse », Jean Le Frère montre que le Dictionaire est conçu comme une démarche collective, à la fois par le public qu’elle vise et par ceux qui y contribuent. De fait, en même temps que le Dictionaire acquiert une « utilité publique » (J. Dupuys), passant des jeunes étudiants français apprenant le latin à un public plus vaste, au-delà des frontières, ses contributeurs augmentent, réviseurs savants et éditeurs scientifiques venant chacun apporter leur touche et leurs amplifications. Implicitement, cette double expansion se répercute sur la valeur de la langue française dont elle témoigne, attestant non seulement sa richesse (l’augmentation du dictionnaire), mais encore son rayonnement par-delà les frontières (l’augmentation de son lectorat). Ces arguments de défense linguistique encore implicites, mais désormais en germe, deviendront très vite explicites dans les préfaces des dictionnaires suivants. L’entreprise lexicographique française est en marche et s’impose comme un moyen privilégié tout à la fois de défense de la langue nationale et de conquête linguistique.

Texte : préfaces du Dictionaire Francoislatin revu et augmenté par Jehan Thierry

Principes d’édition

Textes de référence

38Édition de 1564. Dans la mesure où le paratexte présenté est celui de l’imprimeur Jacques Dupuys, son édition est prise pour référence : Dictionaire Francoislatin, Auquel Les mots Francois, avec les manieres d'user d'iceulx, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. Plus y a à la fin un traicté d'aulcuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie, Paris, Jacques du Puys, 1564. Exemplaire de référence : exemplaire numérisé de la Bayerische StaatsBibliothek.

39Édition de 1572 : Dictionaire Francoislatin, Auquel les mots François, avec les manieres d'user d'iceux, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens sçavants. Plus y a à la fin un traicté d'aucuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie. Plus un Recueil Des propres noms modernes de la Geographie, confrontez aux anciens par ordre alphabetique, enrichis d'une brieve observation de leurs situations, adjousté de nouveau. Par M. Jean le Frère, de l'Aval, Paris, Gilles Gorbin, 1572. Exemplaire de référence : BnF, Tolbiac [Res-X-543].

Principes de transcription

40La ponctuation et l’orthographe ont été respectées, avec les adaptations d’usage suivantes : dissimilation du i et du j, du u et du ; transcription du s long par un s court et du B par ss ; développement des abréviations et de l’esperluette (& et variantes) ; introduction de l’apostrophe et désagglutination selon l’usage moderne ; distinction des homonymes a / à, la / là ou / où, des / dès ; accentuation des finales -é, -és, -ée, -ées ou -ès (ès, dès, après), l’accentuation n’étant pas introduite en début ou milieu de mot ; respect de l’usage des majuscules, y compris après ponctuation moyenne. Nous respectons l’usage de la cédille, qui fait une apparition sporadique dans l’édition de 1572.

Liens vers une édition numérisée

41Version numérisée de l’impression Dupuys de 1564, Bayerische StaatsBibliothek digital : http://reader.digitale-sammlungen.de/​resolve/​display/​bsb10147638.html Une autre version numérisée est proposée par l’Österreichische Nationalbibliothek http://digital.onb.ac.at/​OnbViewer/​viewer.faces?doc=ABO_%2BZ161868406

42Version numérisée de l’impression Macé de 1564, Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k50958s.r=.langFR

Paratextes de Jacques Dupuys (1564)

Épître dédicatoire

43À tresillustre et tresmagnanime Prince, Monseigneur Georges Jehan, Conte Palatin du Rhin, Duc de la haulte et basse Baviere, Conte de Veldentz, etc.
Monseigneur, comme tout le monde tient pour un singulier bienfaict, venant de la providence de Dieu, d’avoir de nostre temps suscité infinis gens de bien et de sçavoir pour esclarcir les bonnes lettres et disciplines, par l’injure du temps, comme plongées en toute obscurité, et qu’il luy ait pleu inspirer plusieurs grands Princes et Seigneurs par toute la Chrestienté pour tenir la main à la restitution et esclarcissement desdictes bonnes lettres : on ne doibt pareillement moins recongn[o]istre venir de la mesme providence l’instrument et moyen de faire tous les hommes participants de ce grand bien, qui est l’Imprimerie. Lequel moyen comme il n’a esté trouvé à une fois en telle perfection comme nous le voyons, graces à Dieu, maintenant : aussi ceulx qui se sont le plus employez par le passé et ont le plus apporté d’industrie et travail pour l’amener à cette perfection, de laquelle on reçoit l’utilité esperée, doivent estre grandement estimez, et reputez veritablement comme suscitez de Dieu, duquel, par l’exemple si notoire qui est devant noz yeuls, et lequel nous touchons à la main (après les bienfaicts incomparables cy dessus mentionnez) nous n’eussions peu recevoir un plus grand bien. Lequel bien, comme il a esté espandu par toute la Chrestienté, aussi le renom de ceulx, qui en chascune partie d’icelle se sont addonnez à l’advancer, a pris tel accroissement, qu’il n’y a homme qui ait avec la congnoissance des lettres quelque usage de raison, en la memoire duquel il ne soit conservé. Je ne parleray pour n’estre trop long, des aultres nations. Quant à la France, elle ne peut qu’elle ne celebre grandement la memoire, comme elle se sent avoir esté ornée par son industrie, de defunct Robert Estienne, lequel peut estre dict, avoir esté le premier qui a faict, que la France pour ce regard ne cede à aulcune aultre nation : tant pour les graces qu’il a eu propres pour l’ornement de cet art d’imprimerie, que pour l’amour infini qu’il a porté à l’utilité publique, et le grand labeur et peine qu’il a pris, sans y espargner rien qui fust en sa puissance, pour l’advancer et mener à sa perfection : Dequoy font foy tant de beaus et excellens livres, et Latins, et Grecs, et Hebrieus, plus encores recherchez aujourd’huy que du vivant de l’Imprimeur. Et n’eust esté la calamité qui luy survint, comme à la moytié de son chemin, laquelle luy retrancha une bonne partie des commoditez desquelles il se servoit pour cet effect, nous eussions un nombre infini de livres de son impression plus que nous n’avons, et de ceulx qu’il avoit desjà mis en lumiere, venants principalement de sa diligence, comme Dictionaires pour soulager la jeunesse, nous en verrions un bon nombre augmenté et corrigé en infinis endroicts. Entre lesquels il deliberoit mettre le Dictionaire François-Latin des premiers, pour n’avoir jà rien espargné à le faire reveoir à plusieurs scavants personnages qui l’avoient en cet endroict infiniment aydé, et nomméement à M. Jean Thierry, homme de grande erudition : et pour sçavoir tresbien que tel qu’il avoit peu sortir de son imprimerie pour la premiere fois, il avoit esté soingneusement recueilly et apporté une utilité grande à tous desirant entendre la proprieté de la langue Françoyse : De laquelle on veoit plusieurs estrangers, voire Princes et grands Seigneurs voisins de la France, aujourd’huy merveilleusement studieus : l’estude desquels et le desir tant honneste ne se pouvoit mieus entretenir ne augmenter que par un tel ayde et support, auquel, lisants ès livres François, s’il se presente à eus quelque diction plus obscure et non entendue, ils puissent avoir recours pour trouver sans grand ennuy ne peine, l’explication et propre intelligence de tous mots, mesmes les plus fascheus de ladicte langue Françoyse et esloingnez de l’usage commune. Car je puis dire qu’il n’y a ne science, ne art, ne mestier, desquels les propres et plus particuliers mots (vulgairement de peu d’aultres, que de ceus qui ont longuement versé ausdictes science, art et mestier, cogneus et entendus) n’y soient diligemment et proprement expliquez, comme il sera facile à tout homme qui a cognoissance de ladicte langue, de le juger à la premiere veuë et lecture dudit livre. Chose laquelle estant de soy tant recommendable et proffitable qu’un chascun scait, m’a principalement incité à r’imprimer ledict livre, duquel, y a quelque temps que j’ay recouvré l’exemplaire laissé par deçà par ledit Robert Estienne avant que partir de France, lequel je me suis ingeré, Monseigneur, de vous dedier, tant pour ce que tous livres de telle parure sont en premier lieu escripts pour le soulagement de tout estrangier, desirant de bien et parfaictement entendre nostre langue, que pour ce que je scay qu’en avez bien bonne cognoissance, encores que n’ayez jamais veu la France, ayant esté à ce tresheureusement mené et conduict (oultre le bon esprit et grandes graces qu’il a pleu à Dieu vous departir) par M. Jean Pilot, homme de tresgrande erudition et d’une humanité singuliere, qui mesmes a communiqué au public, il y a jà assez long temps, la methode de laquelle il a usé à vous enseigner, grandement recueillie de tous estrangers affectionnez à nostredicte langue, et prisée de tout homme à ce se cognoissant. Il y a plus, Monseigneur, que me souvenant de tant de bien et d’honneur qu’il vous pleut me faire lors qu’estiez à Heydelberg de me recevoir tresbenignement vous faisant la reverence, et lequel je recoys continuellement de vostre tresnoble et tresillustre maison, marchant à seureté, frequentant les foyres de Francfort, soubs sa protection par ses terres et Seigneuries, je serois reputé, comme à bon droict, tresingrat et tresindigne de telle faveur, si se presentant telle occasion que cette-ci, je la laissois passer sans vous faire quelque demonstration, ne pouvant rien plus du singulier desir et devotion grande que j’ay, s’il plaisoit à Dieu tant me favoriser que de m’en donner le moyen, de vous faire treshumble service, d’aussi bon cueur,
Monseigneur, que je le suppli vous donner tout heur et prosperité.
Vostre treshumble serviteur I. Dupuys.

Advertissement au Lecteur

44Ami Lecteur, je t’ay bien voulu advertir que comme je me suis essayé de r’imprimer le Dictionaire Latin-Françoys de deffunct Robert Estienne, le mieulx qu’il m’a esté possible, & donné ordre qu’il vint en tes mains augmenté et enrichi en infinis endroicts, aussy n’ay-je voulu mettre moins de diligence ne espargner aucun moyen à te rendre le Dictionaire François-Latin, en telle perfection que tu le congnoistras estre, prenant la peine de le conferer avec les aultres par ci-devant imprimez De quoy j’ay eu grand’occasion par avoir recouvré un exemplaire laissé par ledict Robert Estienne, auquel y avoit infinies dictions et manieres de parler de la langue Françoyse adjoustées par M. Jehan Thierri et plusieurs aultres sçavants personnages, lesquelles ay voulu marquer de telles notes et marques [, affin que l’honneur fust rendu à qui il appartient. Au reste je t’ay bien voulu prier de prendre le tout en bonne part, et si tu y trouvoys quelque chose à redire (comme telles choses ne peuvent estre amenées à telle perfection, qu’elles ne puissent à plus grande) tu me veilles [veuilles] faire tant de bien que de m’en advertir, ensemble me faire part de ce que tu pourroys avoir trouvé et excogité, apartenant à l’augmentation de tel œuvre : Te promettant de n’estre jamais ingrat à tel et si grand bienfaict, voire le recevoir avec toute la demonstration qu’il me sera possible de bon et singulier vouloir que j’ay de le recongnoistre en touts endroicts, et par tous les moyens que chose tant louable et proffitable le merite. À Dieu, au quel je pri faire bien prosperer tes estudes.

Texte 2 : épître dédicatoire de Jean Le Frère de Laval (1572)

  • 67 Extrait de l'épitomé faite par Xiphilin d'un livre de l'Histoire romaine de Cassius Dion : « Héôs m (...)
  • 68 « artia panta noein », c’est-à-dire « comprendre que tout est lié ensemble » ou « comprendre commen (...)

45Jean le Frere de l’Aval.
Au lecteur, S.
Si chacun, suivant le conseil d’un ancien sage, vivoit à l’antique, et parloit à la façon de son temps, (benin lecteur) tout s’en porteroit certeinement beaucoup mieux : car les meurs furent au commencement plus simples et sinceres, et le langage, qui court, est trop mieux duisant et intelligible, qu’un presque du tout inusité. Et c’est à mon jugement pourquoi maints excellents personnages de ce Royaume autant bien apris ès langages anciens, que l’industrie humaine s’y peut etendre, emploient neantmoins plus volontiers la plume à cultiver le leur, que ceux-là : voians comme, le tout bien calculé, on trouve en fin, que toujours la langue vulguaire s’ecrit et entend plus naïvement, s’aprent et retient plus aisément qu’une estrangere. Adonques, desirant à leur imitation, de contribuer quelque chose à si belle entreprinse, j’ai depuis n’aguere dedié une partie de mon loisir à rassembler, joindre et apparier les noms anciens et nouveaux de la Geographie, acompagnez de quelque non oisive remarque de leur assiete (lesquels vous trouverez sur la fin du present livre) en intention que ceux, lesquels voudront elabourer ou lire quelque composition françoise comme il faut, rencontrent chez nous, si besoin est, quelque soulagement, aumoins quant à ce point. Que si aucun estime telle observation frivole et superflue, il lui faut par mesme moien condamner toutes traductions, qui ne sont non-plus qu’un echange des vieux mots, non entenduz par la plus part du peuple, à ceux, dont maintenant on use en general. Mais, pour expedier promptement, le premier exemple venu à la plume vuidera le procès. Il y a ce passage en Xiphilin, parlant de M. Antoine, ἕως μὲν γὰρ ὁ βίβουλος ἔζη, οὐδ’ ἀπάραι ἐκεῖνος ἐκ τοῦ βρεντησίου ἐτόλμησεν67. Or je leur demande : Qui le traduiroit ainsi, Car du vivant de Bibule il n’osa jamais demarer de Brundusium, n’est-il pas vrai que tel François ignorant la langue latine, auroit faict cent fois le voiage de Brindese, qui pour telle gentille traduction n’en sçauroit jà mieux de quel port d’Italie Antoine n’osoit demarer ? Brief, je me doute aucunement, que tout bon esprit et candide priseur de l’autrui n’apreuve, sinon la façon, pour le moins le sujet et l’intention. Quant à la façon : les fautes pour la plus part, si fautes sont, tirent grands auteurs à garantage, afin qu’on n’en juge moins meurement, qu’à l’aventure ils ne les ont commises. Au fort l’obscurité d’une matiere embrouillée parmi les changemens et revolutions de tant de siecles, joincte à la condition du sçavoir mondain, quoi qu’on face, toujours en quelque chose manque et imparfait, sont fondemens legitimes de quelque excuse. Tendis en attendant meilleure commodité de repolir et amplifier l’ouvrage, qui tel qu’il est (je le di sans orgueil) n’a pourtant encore pareil en son genre, l’auctorité du retoricien latin, qui dit, honestus error est magnos duces sequentibus, me servira de couverture, avec la gracieuseté de tous benins lecteurs, ausquels sans acception, je le presente de bon cueur,
À Dieu,
ἂρπα πάγτα νοεῖν68
De Paris, le 20 Aoust. 1572.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de corpus

Éditions anciennes

Liste des exemplaires (d’après Beaulieux, Wooldridge : Les débuts de la lexicographie française, CCFR, KVK [Karlsruher virtueller katalog], OPAC Italie).

1564 - Dictionaire Francoislatin, Auquel Les mots Francois, avec les manieres d'user d'iceulx, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. Plus y a à la fin un traicté d'aulcuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie, Paris, J. Macé ou Jacques Dupuys, 1564.

Paru chez Dupuys : AUT, Österreichische NationalBibliothek [73.Q.12]. Accès en ligne : http://digital.onb.ac.at/OnbViewer/viewer.faces?doc=ABO_%2BZ161868406 ; BEL, Antwerpen, Museum Plantin Moretus [B 834]. CHE, Bern, Zentralbibliothek [ZB Bong IV 623 a]. DEU, Bayerische StaatsBibliothek : [1118708 2 L.lat.f. 36 1118708 2 L.lat.f. 36]. Accès en ligne [http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10147638.html]. DEU, Giessen, Universitätsbibliothek Gießen [Rara 1171]. DEU, Jena, Thüringer Universitäts- und Landesbibliothek [2 Gl.IV,27]. DEU, Regensburg, Universitätsbibliothek Regensburg (Sigel: 355), [66/ID 6640 T436]. DEU, Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek [2° XLI : 6]. FRA, Besançon, BM [6463]. FRA, Paris, BnF-Arsenal [FOL BL 286]. FRA, Paris, École Nat. des Chartes [4R32], FRA, Paris, Mazarine [2Ê92] et [2Ê92 2e ex.]. FRA, Saint-Omer, Bibliothèque de l’agglomération [2138 26-8 fonds ancien]. GBR, Cambridge, St. John's College [Ee.10.36]. GBR, Cambridge, University Library [Aa*.8.29(C)]. GBR, Cambridge, University Library [Bb*.2:6(C)]. GBR, Leeds, Brotherton Library Special Collections [Ripon Cathedral Library XIII.C.20 q]. GBR, Londres, Society of Antiquaries. ITA, Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana [RARI.10.L.2.4].

Paru chez Macé : CHE, Soleure [Staal I 43]. FRA, Angers, BM [BL 227 Belles Lettres]. FRA, Paris, Bnf,Arsenal [Fol BL 285]. FRA, Paris, BnF, Tolbiac [X594], exemplaire hors d’usage et de consultation exceptionnelle sur demande motivée à l’avance, et [Rés gr.X35]. FRA, Paris, Hautes études [G.P.14]. FRA, Paris, Institut [Fol.055F]. FRA, Paris, Mazarine [D92]. FRA, Paris, Sainte Geneviève [X fol 1085inv.136 Rés]. FRA, Paris, Sorbonne, BU [RXVIB 3= 333]. FRA, Strasbourg, Médiathèque André Malraux [C 549]. GBR, Cambridge, BU [Aa*.8.29(C)]. ITA, Ferrara, Biblioteca comunale Ariostea [?].

1565 - Dictionaire Francoislatin, Auquel Les mots Francois, avec les manieres d'user d'iceulx, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens scavants. Plus y a à la fin un traicté d'aulcuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie, Paris, Jean Macé, 1565. FRA-Paris, Sainte Geneviève [X fol 1086inv.137].

1572 - Dictionaire Francoislatin, Auquel les mots François, avec les manieres d'user d'iceux, sont tournez en Latin, Corrigé et augmenté par Maistre Jehan Thierry avec l'aide et diligence de gens sçavants. Plus y a à la fin un traicté d'aucuns mots et maniere [sic] de parler appartenans à la Venerie pris du second livre de la Philologie de Monsieur Budé. Aussi y a Aucuns mots et manieres de parler appartenans à la Fauconnerie ou Volerie. Plus un Recueil Des propres noms modernes de la Geographie, confrontez aux anciens par ordre alphabetique, enrichis d'une brieve observation de leurs situations adjousté de nouveau. Par M. Jean le Frère, de l'Aval, Paris, 1572.

Paru chez Jean Charron : FRA, Bordeaux, BM [B.141]. FRA, Rennes, BLVR Rennes-Métropole [647 rés]. DEU-Wolfenbüttel, Herzog-August Bibliothek [Image 100002000000000100000001DE79047A.pngA: 19 Gram. 2°].

Paru chez Gilles Gorbin : FRA, Paris, BnF, Tolbiac [Res.X543]. FRA, Paris, Institut [Fol.055P]. FRA, Angers, BM [228 (1) Belles Lettres].

Paru chez Guillaume Jullian : FRA, Paris, Sainte Geneviève [X fol 1087inv.138]. USA, Washington, Folgre Shakespeare Library [PA 2365 F5 T4].

Paru chez Sonnius : FRA, Mans, BM [BL 621] et [BL F* 10054]. DEU, Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek [2° XLI : 3].

Éditions modernes

CD-ROM : Le grand atelier historique de la langue française : l'histoire des mots du Haut Moyen-Age au XIXe siècle : 14 grands dictionnaires de la langue française, présenté par Isabelle Leroy-Turcan, Marsanne, Redon, 2001 (rééd. 2002).

Édition électronique : Grand Corpus des dictionnaires [du 9e au 20e siècle], Paris, Éditions Garnier Numériques.

Base en ligne : Early Dictionary Databases / Informatique et dictionnaires anciens, éd. I. Lancashire, R. Wooldridge. Base en ligne : http://projects.chass.utoronto.ca/chwp/

Études critiques

Soulignons ici la belle initiative scientifique de Russon Wooldridge qui, dans le cadre du laboratoire CHASS de l’université de Toronto, a publié en version électronique, accessibles en ligne, les nombreuses études qu’il a consacrées aux débuts de la lexicographie française.

Beaulieux, Charles, « Liste des dictionnaires, lexiques et vocabulaires français antérieurs au Thresor de Nicot (1606) », Mélanges de philologie offerts à F. Brunot, Paris, Société Nouvelle de Librairie et d'Édition, 1904, p. 371-398.

Beaulieux, Charles, « Les dictionnaires de la langue française du seizième siecle », Revue internationale de l'enseignement, mai-juin 1927, p. 155-167.

Beaulieux, Charles, « Dictionnaire », Dictionnaire des lettres françaises, t. I, 1951.

Brandon, Edgar E., Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, Baltimore, J. H. Furst, 1904. Rééd. : Genève, Slatkine Reprints, 1967.

Bray, Laurent, « La lexicographie française des origines à Littré », dans Hausmann et al., Wörterbücher : Ein internationales Handbuch zur Lexicographie / Dictionnaires : Encyclopédie internationale de lexicographie, Berlin et New York, Walter de Gruyter, 1989-1991 (t. I, 1989 ; t. II, 1990 ; t. III, 1991), p. 1788-1818.

Catach, Nina, Les Modifications orthographiques des dictionnaires de l'Académie française (1694-1935) précédés de certaines graphies comparatives des Dictionnaires de R. Estienne (1549) et J. Nicot (1606), thèse manuscrite, 1968.

CNRS-AUPELF, Archives de la linguistique française, collection de documents relatifs à la langue française, publiés entre 1500 et 1900, micro-réédition sous la dir. de B. Quemada, Paris, France-Expansion, 1972.

Dutko, Zoltan-E, « Contribution chronologique à l'étude du vocabulaire du XVIe siècle », Français moderne, oct. 1935, p. 356-362.

Furno, Martine, « Statut des termes du métalangage grammatical dans les dictionnaires monolingues latins et bilingues latin-français (XIIe-XVIIIe siècles) », Métalangage et terminologie linguistique. Actes du colloque international de Grenoble (Université Stendhal – Grenoble III, 14-16 mai 1998), dir. B. Colombat et M. Savelli, Leuven/Paris/Sterling, Virginia, Peeters, 2001, p. 331-347.

La France des humanistes. Robert et Charles Estienne. Des imprimeurs pédagogues, éd. B. Boudou, J. Kecskeméti, Turnhout, Brepols, 2009.

Lecointre, Simone ; Le Galliot, J., « Le lexique dans l'histoire : problèmes et perspectives », Langue française, 10, mai 1971, p. 57-82.

Matoré, Georges, Histoire des dictionnaires français, Larousse, Paris, 1968.

Quemada, Bernard, Les Dictionnaires du français moderne, 1539-1863, Paris/Bruxelles/Montréal, Didier, 1967.

Quemada, Bernard, Essai de bibliographie générale des dictionnaires, vocabulaires et glossaires français, Besançon, Centre d’Étude du Vocabulaire français, 1967.

Toro, Michel de, « À propos du dictionnaire français-latin de Robert Estienne », Le Français moderne, octobre 1936, p. 354-360.

Wooldridge, Russon, « Pour une exploration du français des dictionnaires d'Estienne et de Nicot (1531-1628) », Français moderne 46, juillet 1978, p 210-225 [http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/articles/fr-mod/].

Wooldridge, Russon, « Les sources des dictionnaires français d'Estienne et de Nicot », La Langue française au XVIe siècle : usage, enseignement et approches descriptives (éd. P. Swiggers et W. van Hœcke), Louvain-Paris, Peeters, 1989, p. 78-99. [http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/nicot/sources/].

Wooldridge, Russon., « Le FEW et les deux millions de mots d'Estienne-Nicot : deux visages du lexique français », Travaux de Linguistique et de Philologie, 28, 1990, p. 239-316 [http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/articles/few_90/].

Wooldridge, Russon, « Structures du Corpus et de la Base Estienne-Nicot (1531-1628) », CCH Working Papers, 2, 1992, p. 21-32. [http://projects.chass.utoronto.ca/chwp/tiden/http://projects.chass.utoronto.ca/chwp/tiden/].

Wooldridge, Russon, « Le lexique français de la Renaissance dans les textes et dans les dictionnaires », Actes du XXIe Congrès de linguistique et philologie romanes, Palerme, 18-23 septembre 1995, Tübingen, Niemeyer, 1996 [http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/articles/pal995/].

Wooldridge, Russon, Les Débuts de la lexicographie française. Etienne, Nicot et le Thresor de la langue françoyse (1606), University of Toronto Press, 1977.
Réédition électronique : Edicta, 1997 ; Toronto, Le Net des Études françaises, 2010 :
[http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/edicta/wooldridge/] et
[http://www.etudes-francaises.net/dossiers/wooldridge_debuts/].

Sites internet dédiés aux dictionnaires

L’on trouvera, entre autres, la liste des dictionnaires du XVIe et du XVIIe siècles sur le site du « Musée virtuel des dictionnaires » dirigé par Jean Pruvost : https://dictionnaires.u-cergy.fr/accueil.html

Le site conçu par Christophe Rey liste les principaux dictionnaires depuis le XVIe s. tout en permettant leur téléchargement : http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/rey/tdm_telechargement_dictionnaires

Le site conçu par Russon Wooldridge présente les préfaces des dictionnaires les plus importants avec de précieux éléments d’analyse : http://www.chass.utoronto.ca/~wulfric/naf/prefaces/

Haut de page

Notes

1 Antoine Du Verdier, La Bibliotheque d’Antoine du Verdier, seigneur de Vauprivas, Contenant le Catalogue de tous ceux qui ont escrit, ou traduict en François, et autres Dialectes de ce Royaume, [...], Lyon, Barthelemy Honorat, 1585, p. 757.

2 La Croix du Maine, Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un catalogue general de toutes sortes d’Autheurs, qui ont escrit en François depuis cinq cents ans et plus, jusques à ce jourd’huy, Paris, Abel l’Angelier, 1584, p. 267-268.

3 Les Douze livres de Lucius Junius Moderatus Columella, des choses rustiques. Traduits de latin en françois par... Claude Cotereau,... La traduction duquel ha esté soingneusement reveue... et illustrée de doctes annotations par... Jean Thierry, Paris, J. Kerver, 1555.

4 Joannis Boccacii Certaldi de Casibus illustrium virorum libri novem, quum historiis adfatim cognoscendis, tum præclare instituendis hominum moribus longe utilissimi, Jean de Gourmont et Jean Petit, [1514]. Note BnF : « Édité par Jean Thierry. Daté d'après la marque de Jean Petit ».

5 Grammatici illustres... sequuntur præmisso tamen indice : Diomedis... lib. tres... Aelii Donati grammatica editio prior [sive ars prima]... ejusdem editio posterior [sive ars secunda]... ejusdem de Barbarismo, vitiis et tropis... Servius Honoratus in secundam editionem,... Sergius grammaticus in eandem..., [Parrhisiis / Paris], Venundantur in ædibus Ascensianis [Josse Bade], 1516. Note de la notice BnF : « Ce recueil contient l'Ars grammatica de Diomède, l'Ars grammatica secunda de Palaemon, l'Ars grammatica d'Asper Junior, l'Ars minor de Donat, l'Interpretatio in secundam Donati editionem de Servius et celle de Sergius, le De nomine et verbo et le De aspiratione de Phocas, le De orthographia et latinitate verborum de Caper, le De orthographia et proprietate et differentia sermonis d'Agrætius, les Instituta artium et les Catholica de Probus, le De nominum verborumque differentis de Fronton. - Épître de l'éditeur, Jean Thierry, à Antoine Thierry, vers de Jean Thierry ».

6 Annotationes in Laurentii Vallæ de Latinæ linguæ elegantia libros sex, perdoctæ quidem illæ, eruditissimi viri Joannis Theoderici, Basileæ [Bâle], ex off. B. Lasii, 1541.

7 De « Mihi » et « nihil » tum scribendis, tum proferendis, assertio, in gratiam puerorum, Parisiis, ex officina R. Stephani, 1540. Note BnF : « Par Jean Thierry, de Beauvais, d'après son avis au lecteur, à la fin de l'ouvrage ».

8 Le site data.Bnf.fr (http://data.bnf.fr/12229442/jacques_du_puis/) situe sa mort en 1589 plutôt qu’en 1591 : « Décédé avant fév. 1591 et probablement en 1589. La fin de son exercice se confond avec le début de celui de son fils Jacques II Du Puis, souvent associé à son père à la même adresse ».

9 Les Autorités BnF donnent pour forme internationale « Jean Le Frère » et le catalogue général de la BnF précise « Jean Le Frère (de Laval) ».

10 Il s’agit sans doute de L'histoire de France, contenant les plus notables occurences et choses mémorables advenues en ce royaume de France et pays bas de Flandre, sous le règne des roys, Henri et François II, Charles IX et Henri III, à présent régnant [par Jean Le Frère et Paul-Emile Piguerre], [Paris, s. n.] 1581. Autre édition : L'Histoire de France, enrichie des plus notables occurrances [sic] survenues ez provinces de l'Europe et pays voisins... depuis l'an 1550 jusques à ces temps. [Par H. Lancelot-Voisin, sieur de La Popelinière, d'après J. Le Frère et P.-E. Piguerre.], [La Rochelle], de l'Imprimerie par Abraham H., 1581. Avant cela, Jean Le Frère de Laval avait édité La Vraye et entière Histoire des troubles et guerres civiles, avenües de nostre temps pour le faict de la religion, tant en France, Allemaigne que Païs Bas, recueillie de plusieurs discours françois et latins et réduite en dix-neuf par J. Le Frère, de Laval, Paris, Guillaume de La Noue, 1573 (plusieurs fois réédité jusqu’en 1584).

11 L'Histoire de Flave Josèphe, latin-françois, chacune version correspondante l'une à l'autre, verset à verset escrite premièrement par l'Autheur en langue grecque, (traduite par François Bourgoing), et nouvellement reveuë et corrigée sur l'exemplaire grec, par Jean Le Frère, de Laval, enrichie d'un Abrégé de la guerre judaïque, tiré de l'hébrieu par David Kiber, et maintenant mis en françois, avec additions extraites d'Egesippe, par François De Belleforest, Comingeois, etc., [Paris, N. Chesneau], 1569.

12 Le Charidème, ou du Mespris de la mort, avec plusieurs vers chrestiens, contenans les louanges de Dieu, et quelques tétrastiques ou quadrains, esquelz sont compris divers préceptes de bien vivre, par Jean Le Frère, Paris, N. Chesneau, 1579.

13 Histoire de la vie, mort, passion et miracles des Saincts, etc. ; extraicte et faicte françoise, etc. par maistre P. (Pierre) Viel, Jaques Tigeou, Clément Marchant, Jean Le Frère De Laval et Paschal Robin, seigneur Du Faux, 3. vol., Paris, chez Nicolas Chesneau, 1580. Plusieurs rééditions jusqu’en 1605.

14 Recueil des noms propres modernes de la géographie, confrontez aux anciens, par ordre alphabétique par M. Jean Le Frère, Paris, M. Sonnius, 1572 ; Guillaume Jullian, 1572.

15 La Croix du Maine, op. cit., p. 224-225.

16 Charles Beaulieux, « Les dictionnaires de la langue française du seizième siecle », Revue internationale de l'enseignement, 81, mai-juin 1927, p. 155-167, spé. p. 158. Si l’on compare toutefois les premières pages du dictionnaire de 1549 et de celui de 1564, l’on note de nombreuses variantes et des additions que les crochets ne signalent pas toutes.

17 Op. cit., supra note 1.

18 Op. cit., supra note 2.

19 Edgar E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, Baltimore, J. H. Furst, 1904. Rééd. : Genève, Slatkine Reprints, 1967, p. 81-83, spé. p. 82.

20 Dictionaire francois-latin, augmenté Outre les precedentes impressions d'infinies Dictions Françoises, specialement des mots de Marine, Venerie et Faulconnerie. Recueilli des observations de plusieurs hommes doctes : entre autres de M. Nicot Conseillier du Roy et Maistre des Requestes de l’hostel, et reduit à la forme et perfection des Dictionaires Grecs et Latins, Paris, Jaques du Puys, 1573.

21 Op. cit., spé. p. 82, note 4.

22 Sur ce point, l’on pourra se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) », Corpus Eve : Émergence du vernaculaire en Europe, § 1. URL : http://eve.revues.org/680.

23 Extrait du privilège du roi de l’édition Paris, Jehan Macé, 1564. Nous ajoutons les italiques. L’on notera, dans ce privilège, la graphie Dictionnaire avec deux n. Remontrer : démontrer, montrer clairement ; puis nagueres : depuis peu ; impences : dépenses (engagées en faveur d’une entreprise).

24 R. Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française. Etienne, Nicot et le Thresor de la langue françoyse (1606), University of Toronto Press, 1977.
Réédition électronique : Edicta, 1997 ; Toronto, Le Net des Études françaises, 2010 :
[http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/edicta/wooldridge/] et
[http://www.etudes-francaises.net/dossiers/wooldridge_debuts/], 1.2.1 : « Thierry 1564 ». 

25 Nous citons ici d’après l’édition Jacques Dupuys.

26 Voir Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) », art. cité, § 26 et 39.

27 Russon Wooldridge, « Les sources des dictionnaires français d'Estienne et de Nicot », La Langue française au XVIe siècle : usage, enseignement et approches descriptives (éd. P. Swiggers et W. van Hœcke), Louvain-Paris, Peeters, 1989, p. 78-99, 3. « Dictionaire francoislatin 1564 ». [http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/nicot/sources/]

28 Russon Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française. Etienne, Nicot et le Thresor de la langue françoyse (1606), éd. citée, 2.4 : « Synthèse typologique et diachronique » [http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/edicta/wooldridge/] et
[http://www.etudes-francaises.net/dossiers/wooldridge_debuts/].

29 Ibid. Nous relevons par exemple : « Ablution, c’est à dire Lavement, Ablutio, Baptismus, Lotio. » Thierry ajoute également des commentaires en français. Par exemple pour Abbreger : « Aucuns prononcent Abbrevier. » ou pour Abri : « Nous disons aussi, Se mettre à l’abri pour eviter la pluye, c’est à dire soubs quelque couverture, se mettre à couvert, Sub tectum subire. » (cette notice cumule donc un commentaire en français et une double explication en français et en latin).

30 Russon Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française, éd citée, 2.2.2.1 : « Traitement en latin ».

31 Se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) », art. cité.

32 Russon Wooldridge, Les Débuts de la lexicographie française, éd citée, 2.4.

33 Comprendre : « La cupidité de certains les a incités, depuis peu (/récemment), à publier en l’état mon premier exemplaire, en y ajoutant seulement je ne sais quel catalogue mal ordonné des noms de quelques villes. »

34 Nous ajoutons les italiques.

35 Ibid. 1.2.2 : « L’édition de 1573 ».

36 Edgar E. Brandon, Robert Estienne et le dictionnaire français au XVIe siècle, éd. citée, p. 83 (et note 4 de cette page).

37 Ibid., p. 84.

38 Pour cette citation, se reporter n. 23.

39 Comprendre : « Parce que l’exercice de notre art nous incite à faire toujours quelque chose qui soit utile en général à tous ceux qui s’appliquent aux lettres, ou tout du moins utile pour les étudiants (…), lesquels, peut-être, bénéficieront dans le futur d’un langage plus riche, formé d’un meilleur alliage et frappé d’un meilleur coin qu’à présent. » Cette phrase file la métaphore de la monnaie (faire fond, riche, alloyé, coin).

40 Nous détachons par les italiques.

41 Industrie : savoir faire, habileté.

42 Mise en facteur commun de « il avait », comprendre : « il [le dictionnaire] avait été constitué avec soin et avait été d’une grande utilité à tous ceux qui désirent comprendre les qualités propres de la langue française. »

43 Nous détachons par les italiques.

44 Tenir la main : aider, soutenir.

45 Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome. Le sonnet de dédicace « Au Roy » évoque ce cycle de mort et de Renaissance : « Se pourra bien vanter d'avoir hors du tumbeau / Tiré des vieux Romains les poudreuses reliques. / Que vous puissent les Dieux un jour donner tant d'heur, / De rebastir en France une telle grandeur » (v. 7-10). Nous citons d’après Du Bellay, Œuvres poétiques, tome II, éd. D. Aris et F. Joukovsky, Paris, Classiques Garnier, 1993.

46 Rabelais, Pantagruel, chap. 8, d’après Œuvres complètes, éd. M. Huchon, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, p. 243.

47 Voir toujours les paroles de Gargantua à son fils : « Le temps estoit encores tenebreux et sentant l’infelicité et calamité des Gothz, qui avoient mis à destruction toute bonne literature. » Gargantua, évoque ici l’époque de son père Grandgousier (ibid.). Cette idée est à la base du concept de Renaissance. On peut la rapprocher de l’entreprise de Giorgio Vasari, qui emploie le premier le concept italien de Rinascità. Giorgio Vasari, Le Vite de piu eccellenti architetti, pittori, et scultori italiani, Firenze, 1550, « Proemi delle Vite », p. 117-118 : « per il tempo che consuma ogni cosa venner manco [...]. Però lasciando questa parte indietro ; troppo per l’antichita sua incerta, vegnamo alle cose piu chiare della loro perfezzione, & Rovina, & Restaurazione, & per dire meglio Rinascità, delle quali con molti miglior fondamenti potreno ragionare. »

48 Comprendre : « Elle ne peut pas ne pas célébrer grandement la mémoire du défunt Robert Estienne, dans la mesure où elle sent qu’elle a été illustrée par son savoir faire (son activité). »

49 Se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) », art. cité, § 6.

50 Premier volume de La Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine. Qui est un catalogue general de toutes sortes d’Autheurs, qui ont escrit en François depuis cinq cents ans et plus, jusques à ce jourd’huy, [...], A Paris, Chez Abel l’Angelier, 1584.

51 Comprendre : « Parce que l’exercice de notre art nous incite à faire toujours quelque chose qui soit utile en général à tous ceux qui s’appliquent aux lettres, ou tout du moins utile pour les étudiants, pour lesquels il faut être d’autant plus attentifs qu’ils ont plus grand besoin d’aide que ceux qui ont [déjà] acquis quelque habilité et peuvent d’eux-mêmes, sans l’aide d’autrui, naviguer parmi les difficultés de la langue latine [métaphore du détroit : passage étroit et difficile], pour cette raison donc, après avoir publié le grand Thresor de [la langue latine], qui peut servir à tous savants, quelle que soit l’étendue de leurs connaissances, nous avons travaillé à aider la jeunesse française [les jeunes étudiants] qui commencent leur apprentissage de la littérature. » [Robert Estienne], Dictionaire Francoislatin, contenant les motz et manieres de parler Francois, tournez en Latin. À Paris, De l’imprimerie de Robert Estienne, 1539, avec privilege du Roy. D’après l’exemplaire en ligne sur le site Gallica (source BnF). Nous renvoyons pour cette préface à notre notice : « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549). Engagement linguistique dans les préfaces des premiers dictionnaires du français », Corpus Eve.

52 Nous détachons par les italiques. Comprendre : « Pour savoir que, tel qu’il avait été pour la première fois publié, [ce dictionnaire] avait été constitué avec soin et avait été d’une grande utilité à tous ceux qui désirent comprendre les qualités propres de la langue française, langue que l’on voit aujourd’hui plusieurs étrangers étudier de façon remarquable, y compris des princes et seigneurs voisins de la France. Leur étude et leur désir si honnête [d’étudier le français] ne se pouvaient mieux soutenir ou augmenter que par une aide et un soutien tels que ce dictionnaire, auquel, quand ils lisent un livre français, s’ils trouvent un mot obscur qu’ils ne comprennent pas, ils puissent avoir recours pour trouver sans peine l’explication de tout mot de la langue française, même le plus éloigné de l’usage commun. »

53 Dictionarium seu Latinæ linguæ Thesaurus [1531], Dictionarium latinogallicum [1538].

54 Recouvrer peut signifier retrouver ou récupérer ; il est difficile ici de trancher. Par deçà signifie « ici », c’est-à-dire en France (R. Estienne a laissé cet exemplaire en France avant de s’exiler à Genève).

55 Entendre : comprendre. Bien que n’ayant jamais été en France, le prince comprend bien la langue française grâce aux qualités d’esprit que Dieu lui a accordées et à l’enseignement de Jean Pillot.

56 Nous détachons par les italiques.

57 Jean Pillot, Gallicæ inguæ institutio, Paris, Stephani Groulleau, 1550. Pour une édition récente, avec traduction en français : J. Pillot, Institution de la langue française / Gallicæ inguæ institutio [1561], éd. et trad. B. Colombat, Paris, Honoré Champion, 2003 : « Or, après avoir passé en revue les boutiques des libraires, j’ai découvert qu’il n’existait aucune grammaire de la langue française, qui parût satisfaire à notre enseignement. Ce qui était réellement fort fâcheux, car je savais qu’un tel ouvrage nous serait absolument indispensable » (épître dédicatoire, éd. B. Colombat, p. 5). L’ouvrage de Pillot est adressé au Prince Wolfgang, Comte Palatin du Rhin, Duc de Bavière et Comte de Veldenz, père de Jean Georges.

58 Jean Pillot, éd. B. Colombat, p. 6.

59 Dictionnaire françois-latin, augmenté outre les précédentes impressions d'infinies dictions françoises, principalement des mots de marine, vénerie et faulconnerie, recueilli des observations de plusieurs hommes doctes, entre autres de M. Nicot,... et réduit à la forme et perfection des dictionnaires grecs et latins, Paris, J. Du Puys 1584. L’édition de 1573 donne juste le dictionnaire sans ces extensions.

60 Comprendre : « Si chacun, suivant le conseil d’un ancien sage, vivait à l’antique et parlait à la façon de son temps, bienveillant lecteur, tout s’en porterait certainement beaucoup mieux, car les mœurs furent au commencement plus simples et sincères tandis que le langage actuel est beaucoup plus convenable (/plaisant) et intelligible qu’un langage presque entièrement sorti d’usage [les langues antiques]. Et c’est à mon avis pourquoi plusieurs excellents personnages de ce royaume, aussi bien instruits dans les langues anciennes que le savoir humain le permet, consacrent néanmoins plus volontiers leur plume à cultiver [le français] plutôt que [ces langages anciens], voyant que, tout bien considéré, l’on parvient toujours au constat que la langue vulgaire s’écrit et se comprend plus parfaitement [naïvement contient l’idée d’une adaptation plus naturelle et donc plus exacte], tout comme elle s’apprend et se retient plus aisément qu’une langue étrangère. »

61 Sur cette métaphoré végétale : Danièle Duport, Le Jardin et la nature, Genève, Droz, 2002, « Du traité d’agriculture à une poétique agricole » ; Paola Cifarelli, « Le « Preambule du translateur » du Livre de la police humaine de Jehan Le Blond (1546) », Corpus Eve : Émergence du vernaculaire en Europe, URL : http://eve.revues.org/626 ; Stefania Vignali, « L’épître "Aux Lecteurs" de L'oraison que feit Crispe Saluste contre Mar. Tul. Ciceron de Pierre Saliat (1537). Une véritable "illustration" de la langue française », Corpus Eve, URL : http://eve.revues.org/983.

62 Pour le détail de ces ouvrages, l’on pourra se reporter à Sabine Lardon, « Les préfaces du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne (1539 et 1549) », annexe.

63 Je ne lairrai à : je ne manquerai pas de.

64 G. Tory, Champ fleury. Au quel est contenu L’art et Science de la deue et vraye Proportion des Lettres Attiques, qu’on dit autrement Lettres Antiques, et vulgairement Lettres Romaines proportionnées selon le Corps et Visage humain, Paris, Gilles Gourmont, 1529. Rééd. sous le titre : L’art et science de la vraie proportion des Lettres Attiques, ou Antiques..., Paris, Vivant Gaultherot, 1549, p. 2.

65 Voir supra n. 14.

66 Premier volume de la Bibliotheque du sieur de la Croix du Maine, op. cit., p. 225.

67 Extrait de l'épitomé faite par Xiphilin d'un livre de l'Histoire romaine de Cassius Dion : « Héôs men gar ho biboulos edzê oud’aparai ekeinos ek tou brentèsiou etolmèsen » (« car tant que Bibulus vivait, celui-ci n’osa pas même / pas non plus s’éloigner de Brindes »). Nous remercions vivement notre collègue Pascale Jouanna, spécialiste de langue et de littérature grecques à l’université Jean Moulin – Lyon 3 pour son aide concernant l’identification de ce passage, sa transcription, sa translittération et sa traduction.

68 « artia panta noein », c’est-à-dire « comprendre que tout est lié ensemble » ou « comprendre comment toutes choses se correspondent ». La formule vient des sentences attribuées à Théognis. Nous remercions chaleureusement notre collègue et amie Christiane Louette pour ces informations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Lardon, « Les préfaces des continuations du Dictionaire Francoislatin de Robert Estienne : les épîtres préfacielles des éditions augmentées par Jean Thierry (1564 et 1572) », Corpus Eve [En ligne], Éditions de textes ou présentations de documents liés au vernaculaire, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://eve.revues.org/1346 ; DOI : 10.4000/eve.1346

Haut de page

Auteur

Sabine Lardon

Sabine Lardon est professeur de grammaire et rhétorique françaises des XVIe et XVIIe siècles à l’Université Jean Moulin – Lyon 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Savoie
  • Logo Université Jean Moulin - Lyon 3
  • Logo ILCEA
  • Revues.org